Thibaut Baronian, interview d’un traileur

thibaut-baronian-trail

Rencontre avec Thibault Baronian, traileur français et membre de la team Salomon.

Bonjour Thibaut, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Thibaut Baronian. J’ai 29 ans et j’habite à Besançon. Je suis kiné de formation et coureur team Salomon depuis 7 ans.

Comment êtes-vous mis au trail ?

C’est un peu une reconversion puisque j’ai fait du ski de fond à haut niveau lorsque j’étais lycéen. J’ai tout arrêté pour passer mon diplôme de kiné. Par la suite, j’ai repris naturellement la course à pied et ça c’est fait un peu comme ça… J’ai couru une course, deux courses, trois courses puis je me suis pris au jeu des dossards.

Comment s’organise une une semaine type ?

Je n’ai pas de semaine type. Je m’adapte à mon emploi du temps puisque je fais des remplacements en kiné. Il y a des semaines où je travaille, d’autres non. J’en profite alors pour partir en montagne ou à la campagne. Lorsque je suis sur Besançon, je m’entraîne quasiment tous les jours.

Besançon a-t-elle un territoire idéal pour s’entraîner ?

Il y a beaucoup de collines. C’est une ville dans la campagne. Ainsi, en cinq minutes, je peux être très vite sur les chemins. Il n’y a pas de grosses montagnes. C’est des collines avec 100 à 300 mètres de dénivelés. On les enchaîne. Il y a des terrains hyper variés. Si je veux des grosses bosses, je vais dans le Jura Suisse ou dans les Alpes.

Au niveau de l’entraînement, comment décomposez-vous votre entraînement ? Endurance fondamentale, fractionné… ?

Je réalise souvent du fractionné assez court puisque je participe à des trails de courte distance allant jusqu’à 50, 60 kilomètres. De fait, je fais rarement des sorties de plus de trois heures à l’entraînement. S’il y a une sortie longue, c’est 2h30, 3 heures. Après c’est du footing, du renforcement et de la VMA.

Comment se mettre au trail ?

L’important est de se faire plaisir. Je proscris les formats de 80-100 kilomètres dès les premières courses. Il faut y aller étape par étape pour ne pas se griller de suite. Il faut prendre le temps de découvrir, d’être patient et progressif.

Pour un traileur, quel équipement faut-il avoir pour effectuer une sortie ?

Cela dépend de la sortie. Il faut prendre en compte le temps qu’on va rester dehors et de la météo. En montagne par exemple, le temps est changeant. L’indispensable, c’est de toujours un peu de boisson énergétique dans son camelbak. Il faut aussi bien se couvrir, surtout l’hiver.

Quelles sont vos prochaines échéances ?

Je vais au ReventOn Trail le 7 avril 2018 avec Michel Lanne, ami traileur. C’est une course de 45,7 kilomètres avec 2457 mètres de dénivelés positif sur les îles Canaries. L’autre gros morceau est le Zegama en mai.

Qu’est-ce que vous amène Salomon en terme d’encadrement et d’équipement ?

C’est toute une structure qu’il y a derrière. Il y a bien sur une aide matérielle et financière. Il y a aussi tout le support réseau, média, communication, les test produits en lien avec l’Annecy Design Center (ADC). C’est une grande famille. C’est un gros plus pour nous booster.

Pour suivre Thibault Baronian : 

More from Foucaud

Skoll Tuborg – bière aromatisée vodka et agrumes

  Les brasseries Kronembourg ont lancé en grande pompe la bière Skoll...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.