[Critique] Dofus, Livre 1 : Judith

Synopsis

Dans la majestueuse cité de Bonta, Joris coule des jours heureux, aux côtés de Kerubim Crépin, son papycha adoptif. Mais tout bascule lorsque Joris, bravant l’interdiction de papycha, tente d’approcher son idole de toujours, la mégastar du Boufbowl, Khan Karkass. De son côté, Julith, la sorcière, revient avec une revanche à prendre et un objectif : anéantir Bonta. Joris et ses amis arriveront-ils à sauver la cité et tous ses habitants ?

Mon avis

Tiré du jeu Dofus, ce premier livre s’adresse aux amoureux de l’univers de ce jeu. Les 10 premières minutes du dessin animé aux inspirations manga, cartoon ne sont pas faciles à suivre pour les non-initiés. Par la suite, l’histoire devient plus compréhensible et le spectateur s’attache aux différents personnages composés d’animaux et d’humains.

Les thèmes de la famille, d’émancipation et de quête d’identité sont traités tout au long du film d’animation produit entièrement à Roubaix. Niveau musique, le studio Ankama a fait à appel son voisin lillois : l’orchestre national de Lille.

Au niveau du style visuel, Xavier Houssin, directeur artistique d’Ankama, a travaillé à sur la création d’une identité visuelle reconnaissable au premier coup d’oeil. Et cela fonctionne !!!

Bilan

Le film d’animation Dofus, Livre 1 : Judith est destiné à mon sens à un public adolescents à jeunes adultes puisque l’histoire reste dure, pouvant heurter les plus jeunes. Aussi, il faudra adhérer à l’univers manga qui n’est pas forcément facile pour certains. Mais on finit par se laisser porter par les personnages et par l’histoire et on n’attend que la suite.

A suivre

Actuellement en salle de cinéma 

Plus par Foucaud

Un igloo dans la ville – Yaourt Glacé

Un Igloo dans la ville est un concept de bar roulant proposant...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *